Guadeloupe Compas Festival - info97
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Liens web

Traduction

French Chinese (Simplified) Dutch English German Haitian Creole Italian Portuguese Spanish Vietnamese

Deux iles soeurs, aux passés communs, mais peuplés de descendants d’un même continent, l’Afrique chérie, donc liées par le sang, la langue, la musique, se retrouvent sur un même podium, grâce au pouvoir de la culture, pont qui relie les couleurs, les races, qui transcendent les opinions politiques, les fois religieuses.
En Guadeloupe, pays où le Zouk, la Biguine, le Gwo ka sont les rythmes traditionnels, Nous organisons une manifestation culturelle autour de la musique haïtienne. Un événement qui traduit l’intérêt du peuple Guadeloupéen pour le patrimoine créole haïtien, bien proche du notre, un pas de plus vers de meilleures relations entre ces deux nations, condamnées à vivre ensemble, dans cette caraïbe où la solidarité est appelée à régner.

Le Haiti Compas Festival Guadeloupe ne se limite pas à un ensemble de concerts, mais à un étalage culturel, ou le fer découpé, la peinture, la photographie, l’art culinaire, la mode… seront des invités d’honneur. Les principaux acteurs culturels haïtiens et guadeloupéens se joindront aux représentants
diplomatiques pour rehausser l’ampleur de l’événement et lui donner un caractère officiel.
Les artistes:T-Vice , Ti Kabzy , Mass Kompa , Djakout , Volo Volo
Origine du Compa
Le Kompa (en créole haïtien konpa, compas, kompa, kompas ou konpas) est un genre musical d'Haïti popularisé par le saxophoniste and guitar player Jean-Baptiste Nemours (compas direct), proche du calypso.

Il a connu un grand succès des sa sortie en 1955 jusqu'à maintenant dans les Caraïbes ou il constitue la musique de base.

Voir les photos>>> Voir les vidéos>>>

 

.Histoire du Kompa:En 1986, suivant les traces des pionniers de Caribbean Sextet et des frères Widmaier (de Zéklè), le maestro du groupe Top-Vice introduit un nouveau concept qui deviendra un phénomène : Le Compas digital alias le Compas nouvelle génération.

En effet, c’est en 1986 que le groupe Top-Vice fait sa première apparition avec l’album Men nou. Au moment où de grands noms du Compas commencent à constater que le style est en train de s'essouffler, le groupe Top-Vice apparaît sur la scène Compas de Miami, dans la communauté haïtienne. Avec pour leader le maestro Robert-Charlot, Top-Vice faisait alors, à l’époque l’effet d’un OVNI musical. Top-Vice, l’original, introduisit une révolution dans le format même des groupes au niveau live. Mais il faut surtout reconnaître, dans ce groupe, la présence d'un des piliers du Compas haïtien, Robert Martino (Difficiles de Pétion-Ville, Gypsies de Pétion-Ville, Scorpio d'Haïti, les As de Pétion-Ville, Mini All Stars, Top-Vice) qui va introduire un nouveau style de rythme, basé sur une consonance répétitive et rythmée de la guitare avec des effets (delay, super-chorus) un vrai "groove" que les Haïtiens ont vite bâptisé "le kité'l maché" ("Laissons tourner"). C'est ce qui va révolutionner le Compas digital dans toute son existence et sa raison même d'être. Ce nouveau style va lui donner une telle force que l'on en oubliera même l'absence de vrais percussionnistes (batterie, congas, campana). Tous les groupes de Compas digital (Carimi, Ti-Kabzy, T-Vice, etc.) ont su profiter de cette trouvaille que Robert Martino avouait avoir vainement tenté de mettre au point depuis l'époque du Scorpio d'Haïti (1976).

Pour comprendre cela, nous devons d’abord faire un retour au niveau du Compas old school, le Compas dit ancienne génération.

Ces groupes old school sont ce qu’on appelle des « full bands ». Des groupes qui sont complets et qui sont composés d’une section cuivre, de percussions, d’un pianiste, d’un bassiste, d’un lead guitare et d’un guitariste secondaire.

A ce format qui était entré dans les moeurs dès les années 1960, Top-Vice fera une légère violence puisqu’il fera l’économie d’une bonne partie du format full afin d’introduire ce que l’on appelle le format digital avec l’introduction de la boîte à rythmes dans le Compas et l’usage prédominant du synthétiseur.

Avec la boîte à rythmes et le synthétiseur, plus besoin de la ligne de vents, les cuivres, ni même d’une guitare rythmique ou encore des percussions.

Top-Vice est un groupe fondamentalement moderne, qui vit avec son temps et utilise, parfois à outrance, les nouvelles technologies et c’est ce qui fait du Compas nouvelle génération une sorte de musique techno à l’haïtienne !

1986 ouvre donc, avec Top-Vice, l’ère des groupes dits « digital » avec leur nouveau style, le Compas nouvelle génération.

Ce sera la porte ouverte pour toute une génération de jeunes musiciens qui vont profiter de cette opportunité pour rafraichir le Compas et l’ouvrir à des influences musicales résolument modernes telles que le rap, le hip-hop, le r'n'b, le reggae et le ragga.

Nombreux sont ceux qui ont eu du mal à comprendre et à accepter cette révolution au sein du Compas. Faire du live sans un groupe complet et aller voir un bal animé par seulement quatre musiciens, quelle aberration pour certains ! Et pourtant le style a su conquérir une bonne partie de amoureux du Compas et surtout eu le mérite de renouveler la base de fans de Compas et d’attirer, aux bals, un jeune public qui ne s’intéressait plus du tout au Compas.

Le Compas dit de nouvelle génération a été influencé et s'est largement inspiré de groupes antillais francophones tels que les Aiglons, les Vikings, Grammacks et Kassav. Et ce, tant au niveau du format des groupes que des sonorités.

En fait, il faut reconnaître que, depuis quelques années, le même processus d'essoufflement qu'a connu le Compas ancienne génération, a touché la nouvelle génération au point que les groupes composant cette dernière tentent de renouer avec les instruments abandonnés par le passé comme les cuivres, et les percussions. C'est le cas de T-Vice et d'autres jeunes groupes de la nouvelle génération. On notera les diverses incursions de Wyclef Jean dans le Compas, en particulier avec des groupes comme Sweet Micky. Ce qui fait que l’on peut aussi classer tous ces groupes dans ce que l’on appellerait « la nouvelle vague de la musique haïtienne ». Cet ensemble met en lumière un savant mélange entre l'expérience des anciens et le talent des jeunes. Une lumière qui capte de plus en plus l’attention des fans du Compas dans les Caraïbes en général, et dans les Petites Antilles en particulier. Le succès grandissant d’un groupe comme Carimi en est la parfaite illustration. Mais, également, celui d'autres jeunes groupes tels Dega (Haïti-USA), Original H et Feeling Star (France) est également à souligner.

Source wikipedia

Réseaux Sociaux

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditNewsvineTechnoratiLinkedinYoutubeRSS FeedPinterestShare on Google+
Pin It

Reportage


Inauguration du Mémorial ACTe<

Voile

Francois Gabart et Pascal Bidegorry sur Macif vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2015

vidéo Spectacle

Festival de Jazz de Montréal 2015