Web TV Info97

News

  • A la une

    tab image 1 

    Tour de France cyclisme 2015

     

    C’est par une étape contre la montre de 13,7 kilomètres que débutera le Tour de France 2015.

    Les coureurs auront à emprunter un circuit qui sera tracé entièrement en terrain plat et qui traversera la ville d’ouest en est et retour. La rampe de lancement sera installée devant le Parc des Expositions Jaarbeurs Utrecht, qui abritera également la permanence d’accueil et le centre de presse.

    La course se dirigera d’abord vers le Stadion Galgenwaard, le stade de football du FC Utrecht. De là, après un crochet vers le Nord, le parcours rejoindra Utrecht Science Park , l’université, puis obliquera à nouveau vers l’Ouest.

    Il longera ensuite le centre historique et le canal de Maliesingel avant de passer devant le musée du chemin de fer pour rallier l’arrivée située près de la Gare Centrale d’Utrecht.

     

    La première Etape

     

    Utrecht, le vélo en plein cœur À Utrecht, on cultive avec esthétisme l’art de la patience. La première lettre de candidature de la ville à un Grand Départ du Tour de France nous était parvenue en 2002. Il aura donc fallu plus de dix ans pour voir aboutir ce projet, désiré tout au long de sa gestation, plusieurs fois repoussé mais jamais remis en question sur son principe, d’un côté comme de l’autre.

    Car le Tour a d’emblée reconnu en Utrecht une cité alliée dans la cause majeure de la promotion du vélo.

    Encore un peu plus qu’ailleurs aux Pays-Bas, la bicyclette y est reine.

    Pour preuve, l’impressionnant garage pouvant accueillir plus de 20 000 machines qui va être construit près de la gare.

    Pour des militants de notre espèce, un tel édifice viendra rivaliser avec le Dom, la somptueuse tour de la cathédrale Saint-Martin dont le carillon, à notre grand ébahissement, fit retentir La Marseillaise lors de notre première visite.

    La sérénade entonnée alors soulignait l’esprit d’à-propos et d’initiative de la quatrième ville du pays, déjà connue pour... être injustement méconnue ! Incontournable pour la jeunesse hollandaise, qui pédale au quotidien en direction de l’université la plus importante du pays, Utrecht engage son énergie et son enthousiasme vers un avenir placé sous le signe du vélo.

    Nous roulons dans le même sens.

    L’union de toutes ces espérances cyclistes forme un langage nourri d’évidence, dont le message saura convaincre. Le rendez-vous de juillet 2015 place Utrecht au cœur de ce mouvement.

     

    D’UTRECHT À PARIS EN RACCOURCI

     

    AU MENU

    9 étapes de plaine 3 étapes accidentées 7 étapes de montagne avec 5 arrivées en altitude 1 étape contre-la-montre en individuel 1 étape contre-la-montre par équipe 2 journées de repos

     

    BIENVENUE À…

    Utrecht, Province de Zélande, Livarot, La Pierre-Saint-Martin, Muret, Sèvres - Grand Paris Seine Ouest, les six nouveaux sites-étapes ou villes-étapes du Tour 2015.

     

    21 ET 6

    Ce 21e Grand Départ donné de l’étranger sera également le 6e depuis les Pays-Bas, ce qui constitue un record. Le Tour passera ensuite deux jours en Belgique avant de rejoindre l’Hexagone.

     

    CHRONO D’ENTRÉE

    14 kilomètres dans les rues d’Utrecht en ouverture. Ce sera le seul exercice en solitaire de l’édition

    6 2015,

    soit le plus petit kilométrage depuis l’introduction systématique des contre-la-montre en 1947. Néanmoins, les rouleurs auront encore l’occasion de s’exprimer lors de la 9e étape,Vannes-Plumelec, un contre-la-montre par équipe de 28 km.

     

    MINI PARIS – ROUBAIX

    Comme en 2014, le peloton aura droit à sa ration de portions pavées lors de la 4e étape entre Seraing et Cambrai. Il y aura sept secteurs répartis sur 13,3 kilomètres.

     

    MUR ET MÛR

    Deux ascensions finales pimenteront la première semaine de course. D’abord celle du Mur de Huy (1,3 km à 9,6 %), arrivée traditionnelle de La Flèche Wallonne, où se conclura la 3e étape. Ensuite, celle de la côte de Mûr de Bretagne (2 km à 6,9 % dont des passages à 15 %), surnommée l’Alpe-d’Huez bretonne et déjà au programme en 2011, où sera jugée l’arrivée de la 8e étape.

     

    L’ALPE-D’HUEZ EN PÉNULTIÈME

    Avec sa montée de 13,8 km à 8,1 % et ses célèbres 21virages, la vraie Alpe-d’Huez sera quant à elle l’ultime juge de paix du Tour 2015 lors de l’arrivée de la 20e étape. Une arrivée en montagne à la veille du final sur les Champs-Élysées avait déjà eu lieu en 2009 au Mont Ventoux et en 2013 à Annecy-Semnoz.

     

    DES SECONDES À GRAPPILLER

    Il n’y en avait plus depuis 2008. Des bonifications seront à nouveau attribuées aux arrivées de la 2e à la 8e étape. Elles seront respectivement de 10, 6 et 4 secondes aux trois premiers de chacune de ces étapes.

     

    DES POINTS À PRENDRE

    À l’exception de la 9e étape disputée en contre-la-montre par équipe, les points pour le classement du maillot vert seront attribués aux arrivées ainsi que lors du sprint intermédiaire dans les étapes en ligne. Un nouveau barème de points valorisera à chaque fois la première place. Les points pour le classement du meilleur grimpeur seront attribués à chaque col ou côte répertorié et doublés lors des arrivées en altitude (La Pierre-Saint-Martin, Plateau de Beille, Pra-Loup, La Toussuire- Les Sybelles, Alpe-d’Huez).

     

    LES MAILLOTS DES LEADERS ET LES AUTRES CLASSEMENTS

    Maillot Jaune pour le classement général individuel au temps parrainé par LCL Maillot vert pour le classement par points parrainé par PMU Maillot blanc à pois rouges pour le classement du meilleur grimpeur parrainé par Carrefour Maillot blanc pour le classement du meilleur jeune parrainé par Škoda (coureurs âgés de 25 ans au plus dans l’année en cours) Classement par équipes parrainé par RAGT Semences Prix de la combativité parrainé par Antargaz Victoire d’étape parrainée par Powerbar Dossards parrainés par Krys DOTATION

    Au total, environ 2,2 millions d’euros seront attribués et mis en jeu pour les équipes et les coureurs dont 450 000 euros au vainqueur du classement général individuel final.

  • Volvo Race 2014

    tab image 1

    Volvo Race

    Bouwe Bekking et son équipage ont remporté ce matin, au lever du jour, la 7ème étape de la Volvo Ocean Race entre Newport et Lisbonne.

     Une fin d’étape sous tension qui s’est terminée sans un souffle d’air et sur une mer d’huile dans la superbe baie de Lisbonne.

    Dans la nuit lisboète, l’équipage hollandais a progressé lentement vers la ligne d’arrivée à la vitesse d’un nœud, parfois deux sur les derniers mètres. Bekking à la barre, pas un mot à bord, la concentration était maximale sur Brunel pour un finish vécu comme interminable par les marins qui n’avaient pas relâché la pression depuis 10 jours.

    Enfin, à 7h 09 minutes 49 secondes (heure française), les Hollandais ont pu souffler et laisser exploser leur joie. Ils signent leur deuxième victoire après celle remportée à Abu Dhabi lors de la deuxième étape de ce Tour du Monde.

    " Il y a une pas mal de compression lors de l’arrivée sur Lisbonne car il y avait du vent au large et ça mollissait sur la côte."

    " Nous sommes passés au nord du TSS avec Abu Dhabi. Dongfeng est passé au sud je crois. On a recollé un peu avec ça et puis ensuite, en face de Cascais, on a attrapé une risée qui nous a permis de passer Abu Dhabi.

    Au fur et à mesure, on est revenu sur Dongfeng avec de la pression et une bonne lecture du plan d’eau. Il y a eu un virement vraiment crucial. Nous étions tous les deux en tribord, ils étaient au vent. On arrivait sur la côte, on a du demander de la place pour virer. A la sortie de ce virement, ils étaient dans nos gaz. Et ça a été une bataille de virements jusqu’à l’arrivée avec des rebondissements. L’un qui rate son virement, l’autre qui rate le suivant… Ils nous ont bien poussés dans nos retranchements sur l’intensité des manœuvres.

    C’est super pour nous. C’est le meilleur scénario que l’on pouvait espérer hier. On a été malchanceux sur la traversée de l’anticyclone et puis on a toujours des soucis de vitesse à combler au reaching sous gennak. Notre dernière carte, c’était l’arrivée sur Lisbonne. L’équipage a été mobilisé pour saisir les opportunités. Il y en a eu deux, on les a prises. Le moins bien, c’est que nos deux concurrents directs avec lesquels on joue le podium au général terminent devant. Mais c’est une belle étape pour nous. On peut être content de ce que nous avons fait. »

    " Cette transat était un peu stressante car nous avons été au contact tout du long. "

    " Et puis, les situations n’étaient pas faciles. Au niveau météo et stratégie, c’était difficile à lire. Nous avons passé des moments un peu vrillés à avoir du mal à dormir. Sur la fin, ça s’est pas mal décanté. Après, c’était une course de vitesse avec Brunel et Dongfeng. Brunel était plus rapide que nous et nous, plus rapide que Dongfeng. Finalement même la fin s’est avérée compliquée notamment pour ceux de derrière. Pour nous, il n’y a pas eu de retournement de situation.
    Brunel a mérité de gagner, ils ont été régulièrement devant, ils ont fait les bons choix. Bravo à eux ! Et puis nous, nous sommes contents de faire deuxième. Deuxième, c’est pas mal quelque soit l’étape. Si l’un des bateaux avait fait deuxième sur toutes les étapes, à mon avis, il termine la Volvo forcément bien placé.

    Nous avons toujours été sur l’avant de la flotte. Au passage de l’anticyclone, il fallait faire soit une route nord, soit tenter de couper le fromage. C’était des choix 50/50. On s’est retrouvé avec Brunel à essayer de couper le fromage. C’est là que nous avons vécu nos heures les plus tendues. Ca a payé à la fin. Nous sommes sortis quasi-ex aequo avec Dongfeng qui était un peu devant.

    Par rapport à ma Volvo avec Groupama ? C’est un peu l’auberge espagnole quand même ! Il y a un mélange de langues un peu compliqué. Sympathique mais compliqué des fois. L’ambiance est détendue. On ne vise plus la première place au général alors qu’avec Groupama, c’était le cas donc il y a moins de tension. Ici, on essaye de faire le mieux possible. La première manche n’était pas loin d’être catastrophique. Depuis, on essaye de remonter en permanence et de faire les meilleurs manches possibles. Le démarrage du projet a été tardif donc résultats tardifs. "

    L’arrivée sur Lisbonne qui s’annonçait encore au petit matin comme une occasion de reprendre la deuxième place à MAPFRE s’est transformé en cauchemar pour Charles Caudrelier et ses hommes.

    Ils ont d’abord assisté impuissants à l’envol de MAPFRE vers la ligne d’arrivée, les Espagnols prenant la deuxième place derrière Brunel.

    Puis, toujours empétolés devant la capitale portugaise, ils ont vu fondre sur eux Team Alvimedica. La dernière heure de course s’est transformée en match race d’une incroyable intensité entre les deux bateaux. Dongfeng Race Team perd ce match pour 55 secondes… Team Alvimedica prend la troisième place à 8h 50 minutes et 49 secondes. Dongfeng Race Team termine quatrième. C’est la première fois que l’équipe n’est pas sur le podium d’une étape qu’elle termine.

  • Eurosport - Top des infos - Football

  • News Politique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

   
   
   

 

Traduction

French Chinese (Simplified) Dutch English German Haitian Creole Italian Portuguese Spanish Vietnamese

Image du jour

   
   
   

 

Réseaux Sociaux

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditNewsvineTechnoratiLinkedinYoutubeRSS FeedPinterestShare on Google+
Pin It

Reportage


Inauguration du Mémorial ACTe<

Volvo Race

Départ de Newport

 

 

vidéo Tourisme

Cambogdia la route du Cambodge